L’éphémère de l’amour

Il éclot au milieu des fleurs printanières,
et embrasse les fougueux débuts de sa nouvelle existence.
Il s’épanouit dans la passion sans prière,
et s’exalte de toutes les senteurs en abondance.

Mais il peut aussi naître dans les flammes estivales,
les deux, tout autant se valent.
Il attendra alors le soir pour s’envoler,
-à la lumière des lampadaires-
sous la douce chaleur des nuits de juillet.

Qu’en est-il donc, lorsque ses ailes se déploient,
au rythme des feuilles qui se laissent choir ?
Il s’habille alors des couleurs qu’il voit,
et s’envole une dernière fois avant qu’il ne soit trop tard.

C’est ainsi que les dernières brises automnales,
laissent place à la froideur d’une vie déjà morte.
L’éphémère ne vole pas dans les brûlures hivernales,
et l’amour qui attend de nouveau son printemps, guette derrière sa porte.

L’amour existe et se répète au fil des saisons,
au même titre que l’éphémère qui vient et repart avec ses raisons.
Mais si l’un d’eux se déclare trop tard,
ne vit plus ou s’enfuit,
C’est certainement qu’il n’avait pas d’une dame l’inspiration Mansard,
ou qu’il ne lisait pas comme une Anne-Marie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s